Un petit doigt pour l’homme, un grand bond pour les connectés

Nous baignons tous dans le tactile depuis la diffusion large des Smartphones et tablettes. Merci Apple, beau travail de défrichage. Les films et séries de science-fiction nous ont bercés avec les interfaces tactiles sur écran fixe : Minority Report, Les Experts Miami (si, si! c’est de la sience-fiction!). Personnellement je n’ai jamais cru aux interfaces vocales et tactiles pour les ordinateurs de bureau : impossible de travailler dans un open-space avec les premières, fatigue excessives des bras avec les secondes.

Et bien je suis en passe de changer d’avis sur les interfaces tactiles. Ou plutôt d’évoluer. Je me suis surpris plusieurs fois à jeter mon index vers l’écran pour atteindre un bouton ou un lien en lieu et place du curseur de la souris. Alors oui, je pense qu’on va venir au tactile mais en apport et non en replacement. Accès aux éléments de navigation, avancer et reculer dans l’historique de navigation sur Internet, des tas de petits gestes vont nous faciliter la vie. Mais de là à supprimer souris et clavier il y a un pas que je ne franchirai pas.

De la même manière, j’ai testé l’univers Windows8 dans une optique de consommation de contenus pas de travail. Le « travail » implique souvent des outils complexes et lourds nécessitant des raccourcis clavier, des menus contextuels, une précision au pixel que ne peut apporter aujourd’hui une interface tactile. Dans un avenir proche, peut-être l’ajout d’une interface pilotée également à l’œil (et donc au doigt et à l’œil) comblera le fossé qui existe aujourd’hui.

En attendant Horacio Caines peut continuer à s’agiter devant son écran 42 pouces. 🙂

Publicités

1er contact avec l’OWNI (OS Windows 8, Nouvelle Interface)

C’est un petit geste pour l’homme mais une belle révolution pour les connectés.

Commençons par un petit remerciement à Microsoft et l’Agence Rouge de me permettre de tester « live » (sans jeu de mot) leur nouvelle interface. Pour un passionné de mobilité et de UX (User Interaction) comme moi, c’est comme donner du miel à un ours! 🙂

L’expérience Tryandlikeit, outre sa dimension marketing évidente, consiste à pousser sur Facebook et Twitter des news en 110 caractères sur l’utilisation de Windows 8 et de l’Acer W510. Pour moi ce n’est pas suffisant, j »ai envie d’aller plus loin. Je crée donc ce blog à durée de vie limitée afin de partager mon expérience de la bête et de son interface, qu’elle soit plaisante ou non.

Une courte présentation physique déjà : l’Acer W510 est un netbook dont l’écran peut se détacher du clavier et devenir une tablette. On allie donc le bénéfice d’un clavier physique sans lequel je n’aurais pas écrit tous ces mots et  d’une tablette tactile.

Etonnement je n’ai pour l’instant pas trop utilisé le mode tablette. Peut-être parce que j’ai l’habitude d’un écran plus grand avec l’iPad, peut-être parce que je n’ai pas encore installé d’applications. Il est vrai qu’il souffre la comparaison avec l’iPad : s’il est beaucoup plus léger, l’écran est nettement plus petit. Au réveil, mon choix s’est donc naturellement porté sur l’ipad pour consulter mes mails.

Une fois passé ce moment, je n’ai pas retouché l’ipad depuis ce matin. La présence d’un clavier physique en fait un tout autre appareil, idéal pour travailler. J’ai mis quelques minutes à m’adapter au clavier mais fort est de constater qu’il est d’un confort remarquable, ressemblant à s’y méprendre à celui d’un MacBook.

L’écran, outre sa faible dimension, est agréable. Lumineux, son format 16/9 invite à regarder un film ou une série.  Le passage de netbook à tablette est simple, évident.

Côté design l’Acer est plutôt propre, peu original, avec une prépondérance de plastique argenté essayant de singer l’aluminium d’Apple. Ca pourrait passer sans les quelques détails de design et l’utilisation d’un plastique blanc qui rappelle immédiatement qu’on n’a pas affaire à un produit Apple mais à Acer, une marque plutôt axée entrée de gamme.

Voila pour mes premières impressions « physiques », ce premier contact plutôt encourageant vers un nouveau monde : celui de Windows 8 sur un device versatile. A suivre très vite : « on a atterri sur Windows 8 ».